The Fragrance Foundation France

Tribune à Michel Roudnitska, fils d’Edmond

michel-roudnitska

De nombreux hommages à mon père ont été récemment rendus sur ce site de la Fragrance Fondation à l’occasion du 20ème anniversaire de sa disparition en juin 1996.
Je tiens tout d’abord à remercier la Fondation pour cette initiative qui exprime son implication dans l’approche artistique de la création en parfumerie.
En effet mon père s’est engagé durant toute sa vie, tant par ses écrits que par son action, pour que le parfum soit reconnu comme une œuvre de l’esprit, au même titre qu’une peinture, une musique ou un film.
La plupart des parfumeurs (que je remercie sincèrement au passage) qui ont ainsi témoigné à travers ces différents hommages, reconnaissent le rôle qu’il a joué dans leur approche de la parfumerie et combien sa pensée novatrice a inspiré leur création.

J’essaye d’imaginer quelle serait sa réaction en découvrant l’univers actuel du parfum, avec plus d’un millier de lancements de « nouveautés » par an, dont les 4/5 auront disparu quelques années après, avec la prolifération des marques et la logique de plus en plus financière des grandes multinationales du luxe.

Cette année nous fêtons aussi le 50ème anniversaire de « l’Eau Sauvage », parfum révolutionnaire à l’époque où il a été lancé, sur lequel il a travaillé pendant 6 ans et qui était encore ces dernières années dans le trio de tête des parfums pour homme en France.

Mon père s’est également toujours battu pour qu’une certaine éthique soit respectée vis-à-vis des créateurs et dans les relations clients/fournisseurs. Il est un des seuls à avoir pu établir des contrats de redevance avec ses clients afin que le statut d’auteur puisse ainsi être reconnu au compositeur de parfum.
Loin de s’être généralisée, cette pratique n’a été reprise que par quelques marques de niche et la société Art & Parfum (créée par mes parents et rachetée par Olivier Maure) qui rétribue la trentaine de parfumeurs qui travaillent avec elle en leur versant des royalties proportionnelles aux ventes.

Je pense donc que la meilleure façon de rendre hommage à mon père est de poursuivre son œuvre en faisant en sorte que le statut de créateur-parfumeur soit réellement reconnu et respecté. Ceci notamment en lui gardant la propriété intellectuelle de ses œuvres, en mentionnant son nom sur les emballages et dans les dossiers de presse, comme dans tous les autres domaines artistiques.