The Fragrance Foundation France

Un flacon de parfum mythique revisité par un designer

Né en 1987, le parfum Byzance de la Maison Rochas a marqué une génération qui a porté cet oriental composé par le parfumeur Nicolas Mamounias. Son nom fait toujours  rêver, évoquant les mystères de l’Orient et résonnant comme une promesse… Sous l’impulsion du groupe Interparfums, la Maison Rochas rend hommage à son patrimoine et ses fleurons olfactifs. C’est à présent au tour de Byzance de revenir sur le devant de la scène. Victoria Rongier, Directrice Marketing Rochas Fashion &Fragrance, a confié au designer Alnoor la mission de re-dessiner le flacon de ce parfum mythique. 

Le flacon Byzance de Rochas redessiné par Alnoor

1 – Historiquement, que représente le parfum Byzance de Rochas ?

AlnoorByzance est l’un des parfums mythiques des années 80. Sa trajectoire se rapproche d’Opium d’Yves Saint Laurent, car ces deux parfums sont destinés à des femmes opulentes, à la fois présentes et mystiques. Le flacon d’origine n’avait pas vraiment évolué, bien que la Maison Rochas ait changé de main plusieurs fois depuis ce lancement. J’ai cependant pu observer des variantes sur des versions miniatures  parées des cabochons de strass, ou d’un pompon rose vif, dans la plus pure esthétique des années 80… 

Flacon de parfum Bizance original créé en 1987 pour Rochas
Flacons originaux du parfum Byzance

2 – En 2019, quelle était l’intention de la Maison Rochas (Interparfums)  en vous confiant le re-design de ce flacon ? 

Alnoor – Le principal objectif de Rochas était de relancer ce parfum, qui conserve ses adeptes tout comme Femme, autre grand succès de la maison. Aux cotés de parfums comme Mademoiselle Rochas, lancé en 2017, la maison tient à continuer de s’adresser aux inconditionnels de ses classiques tel Byzance. J’ai eu pour directives de créer un objet contemporain et cosmopolite, qui fasse le lien avec le flacon historique sans le dénaturer. Les fils conducteurs de la création étaient l’enchantement et l’opulence autour d’un conte de fée transposé dans Paris. Ces thèmes apparaissent également dans la campagne de communication qui accompagne ce re-lancement. 

3 – Quels éléments patrimoniaux avez-vous conservé ? 

Alnoor – J’ai tenu à conserver la couleur bleu nuit, qui a une connotation mystérieuse. L’association bleu et or évoque l’univers des Milles et Unes Nuits. Coté formel, l’anneau fait partie de l’héritage sémantique de la marque car Marcel Rochas a souvent signé ses flacons avec des formes rondes ou circulaires. J’ai pu observer que certaines éditions luxueuses de Byzance comportaient déjà cet anneau d’or. J’ai tenu à conserver cette logique de forme. Le lacet noué autour du col du flacon fait écho au ruban rose d’origine qui portait un médaillon. Il amène un élément textile de passementerie très couture car il ne faut pas oublier que Rochas est aussi une marque de mode.  

4 – Comment avez-vous procédé dans la création de ce nouveau flacon ? 

Alnoor – En premier lieu, j’ai regardé attentivement le flacon préexistant. Le côté circulaire est l’un des éléments fondamentaux du vocabulaire de la marque, je l’ai conservé pour son aspect géométrique et lisible.  J’ai fait évolué le corps bombé du flacon vers un cylindre aux arrêtes marquées. En d’autre termes, le flacon est passé d’une forme un peu molle – peut être due à l’utilisation répétée du même moule du verrier ou bien aux limites techniques de l’époque – à un volume mieux défini, plus acéré. 

5 – Pouvez-vous citer les partenaires techniques qui ont contribué à ce projet ? 

Alnoor – L’équipe interne d’Interparfums, menée par Marion Trossat – Directrice Achats & Développement packaging – a assuré la réalisation de ce flacon et je tiens à saluer leur précision technique. Le verre a été développé par Bormioli Luigi, la plaque or par INCA, le capot par TNT Global Manufacturing. La fragrance florale orientale de Byzance a été réinterprétée par le tandem Maurice Roucel et Aliénor Massenet, de chez Symrise.  

Recherches formelles et croquis ayant inspirés le re-design du flacon Byzance (c) Alnoor
Croquis et recherches formelles (c) Alnoor