TAKASAGO, LA NATURE AU CŒUR DEPUIS 1920.

En 1910, un jeune professeur de chimie organique quitte l’Université Impériale de Kyoto pour une quête initiatique. Descendant d’une dynastie de samouraïs, Tadaka Kainosho, né en 1880, a décidé d’étudier la parfumerie occidentale dans sa capitale : Grasse. Il y apprendra les secrets de l’extraction des ingrédients naturels, ainsi que la fabrication et l’évaluation des parfums. De retour au Japon, Tadaka Kainosho fonde la Maison Takasago en 1920. La société, qui tire son nom de la légende de deux pins symbolisant l’amour éternel, deviendra l’une des pionnières de la Chimie Verte dans le Monde.

Rencontre avec Sylvain Eyraud, Global Marketing & Communication Director de Takasago.

  1. Takasago semble vouer depuis 100 ans un véritable culte à la Nature. Pour quelles raisons ?

En tant que Maison japonaise, il y a cette idée que la Nature doit être éternelle et s’inscrire dans une temporalité, aujourd’hui et demain.

Aujourd’hui, à travers un respect profond de la Nature, un sourcing toujours plus responsable, la réduction de nos impacts environnementaux (déchets,  consommation d’eau, ou émissions de carbone par exemple) et des engagements sociaux. Demain, avec cette idée que la Science et l’Innovation peuvent être au service de la Nature, à travers l’émergence de la Chimie Verte, les biotechnologies… Cette transparence dans les objectifs que nous nous fixons, notamment la réduction d’émission de carbone, s’illustre enfin dans nos engagements avec le SBT (Science Based Targets), une initiative mondiale visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre à la hauteur du défi climatique et en cohérence avec les préconisations scientifiques. Ces objectifs à horizon 10 ans seront bientôt partagés publiquement.

  1. Quelles sont les grandes dates-clefs de cette relation si singulière à la Nature ?

Takasago, c’est 100 ans d’expertise dans la chimie des terpènes, couplée à la Chimie Verte. C’est aussi un prix Nobel autour de la chimie chirale et plus récemment un label EcoVadis Platinum décerné en 2020, qui viennent récompenser 100 années au service de la Nature.
– 1954 : premiers ingrédients « biobased » dérivés d’ingrédients naturels, dont le L-Menthol du D-Citronellal issu de l’huile de Citronelle, puis en 1983, le L-Menthol du Myrcène issu de l’huile de Pin
– 2001 : Prix Nobel de Chimie décerné à Ryoji Noyori pour ses travaux sur la chimie chirale
– 2014 : Takasago est la première Maison de composition à publier l’index Biobased de ses ingrédients
– 2016 : Takasago est la première Maison de composition à avoir certifié Ecocert un modèle de sourcing durable, appelé Takasource, avec ses partenaires
– 2020 : Certification EcoVadis Platinum qui récompense tous les efforts de la filiale européenne

Autant de dates qui démontrent l’engagement sur la durée de Takasago et sa capacité à réinventer chaque jour le futur de la parfumerie durable.

  1. Vous avez récemment annoncé un partenariat durable avec les producteurs de Lavandin français pour assurer la pérennité de leur production. Pourquoi avoir choisi le Lavandin ? Ce partenariat s’inscrit-il dans un programme de plus grande envergure ? 

Tout à fait. L’Huile Essentielle de Lavandin Grosso est pour nous un ingrédient stratégique car c’est l’un des ingrédients naturels les plus utilisés en parfumerie. D’un côté, cette Huile connaît une volatilité extrême tant au niveau de l’approvisionnement que de ses prix liés aux changements climatiques, aux pénuries, voire aux spéculations. De l’autre, les producteurs ont besoin de revenus stables pour maintenir et développer leurs plantations et leurs outils de production. En juillet dernier, TaSuKI, notre programme de Sourcing Durable Interne, s’est implanté en Provence dans le cadre d’un accord exceptionnel de 10 ans, « Du champ au flacon », avec les producteurs de Lavandin Grosso de la Coopérative des Plantes à Parfum de Provence (SCA3P). En quoi ce partenariat est-il exceptionnel ? Il fait passer d’un accord transactionnel à un accord stratégique, d’un accord d’achat annuel à un accord sur 10 ans, de quantités annuelles « ouvertes » à des commandes fermes couplées à un prix stable, payé directement aux producteurs. C’est donc à la fois de la visibilité, des quantités garanties et des revenus sécurisés pour les producteurs. Et c’est certainement la première fois qu’une Maison de composition s’engage pour 10 ans sur un prix garanti, basé sur les coûts des matières. Tous les partenaires sont gagnants : nos clients, à travers un sourcing direct et une transparence totale ; nos producteurs, à travers un prix fixe garanti pour les 10 prochaines années ; et Takasago, à travers un approvisionnement garanti. Un modèle plus juste, qui à la fois nous sécurise et accompagne le développement de nos producteurs. C’est cela pour nous, l’intégration verticale. Et d’autres partenariats sont à venir.

  1. En mars dernier, Takasago annonçait une prise de participation dans la société société Lawter BV. En quoi cette acquisition est-elle stratégique ?

L’origine de la plupart des ingrédients utilisés en parfumerie peut se résumer en trois groupes : les matières premières naturelles et donc renouvelables, comme la vanille ou le patchouli ; ceux qui sont issus de la pétrochimie ; et les ingrédients renouvelables issus de l’oléochimie (les huiles végétales) et de la térébenthine. Si notre priorité reste bien sûr le sourcing responsable des ingrédients naturels, des solutions nouvelles sont à chercher lorsqu’il y a pénurie ou crise tarifaire. Il nous faut alors trouver des ressources alternatives renouvelables et durablement gérées, comme les dérivés de la térébenthine de pin utilisés par exemple dans la fabrication du menthol. C’est la raison pour laquelle la Maison Takasago a pris en 2020 une participation dans Lawter BV, spécialiste des dérivés de térébenthine.

100 ans après la création de Takasago, le pin reste plus que jamais l’incarnation de notre Maison : symbole légendaire d’éternité au Japon, et source de la Chimie Verte de demain.

Site de Takasago

Partager cet article

Fragrance Foundation Awards 2021