Les notes fruitées se réinventent

Si les fruits ne constituent pas stricto sensu l’une des 7 familles officielles de la parfumerie, ils sont pour autant incontournables.

À l’exception des agrumes, notes-clés des parfums hespéridés, les fruits sont essentiellement issus de la synthèse. La tendance n’est pas nouvelle, car les parfumeurs maîtrisent les molécules fruitées depuis longtemps. Les notes pêche ou prune des grands classiques Femme de Rochas ou Mitsouko de Guerlain sont là pour le prouver.

La tendance cependant a évolué avec l’avènement des parfums gourmands dans les années 90 et son retour en force depuis 2012. Aujourd’hui, les parfumeurs savent recréer toutes les notes fruitées ou presque : du croquant de la myrtille au pulpeux de la mangue en passant par des fruits plus rares ou exotiques.

Et depuis un certain temps, les fruits sont partout, pas seulement dans les parfums féminins, et bien sûr pas seulement dans la parfumerie fine. Le fruit évolue également grâce à de nouvelles molécules, mais aussi avec des effets plus raffinés ou inattendus.

Tom Ford, lui, parie sur le caractère désirable des fruits. Après Lost Cherry, une cerise aux accents d’amande et de liqueur, il a lancé Bitter Peach, une eau de parfum raffinée. Un fruité premium donc, et une tendance qui devrait inspirer d’autres créateurs de parfums rares.

Chez Dolce & Gabbana, le fruit est également source d’inspiration, influençant même le flacon, à l’instar de Pineapple et son bouchon en forme d’ananas. Le parfum a bénéficié de la technologie Smell-the-Taste de Firmenich, « développée pour reproduire fidèlement les arômes naturels et les transposer en parfum ». Symrise mise aussi sur les fruits avec une approche saine ou naturelle, moins gourmande. Ce qui a également incité le parfumeur à travailler récemment sur… les légumes.

Partager cet article