The Fragrance Foundation France

Diptyque s’installe rue Saint Honoré

Il y a cinquante ans, la jeune maison de tissus d’ameublement Diptyque lançait son premier parfum, l’Eau. Depuis, Diptyque a parfumé plusieurs générations, dont celle qui a peut être un peu éraflé les devantures du magasin du boulevard Saint Germain en mai 68 . Et pour cette année anniversaire, Diptyque ouvre un nouveau flagship au 332 rue Saint Honoré à Paris.

DIPTYQUE : la voyageuse urbaine, du bout du monde à l’autre rive de la Seine !

Toute la richesse de diptyque est là : une Maison parisienne et cosmopolite avant d’être française ! diptyque est née à Paris en 1961 au 34 boulevard Saint Germain et crée sa première Eau en 1968. Depuis, la Maison s’en est allée, nourrie par une forte envie de vagabondage et de découvertes, au cœur d’autres villes. Du chahut contestataire de mai 68 aux belles capitales européennes et grandes villes du monde, elle signe cette année un retour à Paris avec l’ouverture d’une nouvelle boutique.

50 années de création de parfums valent bien cette renaissance avec des expériences olfactives inattendues. diptyque traverse donc le pont de la Concorde pour s’arrimer dans le monde chic de la mode, rive droite, au 332 rue Saint Honoré.?Elle convoque dans ce projet le rêve et le savoir-faire. Ceux de l’architecte rigoureux et visionnaire, soucieux de transmettre l’univers inspiré et inspirant de diptyque. Ceux de l’artiste qui va mettre en scène l’un de ses paysages olfactifs.

C’est une belle idée, pour inviter les visiteurs à ses rituels et exhausser les créations de la Maison, particulièrement celle d’une bougie spécifique dédiée à Paris.

LA BOUTIQUE SAINT-HONORE, un lieu d’expression libéré des contraintes du temps qui passe.

Du pop’up à la boutique permanente : une nouvelle genèse.?Il fallait ce projet pour faire écho aux talents multiples de la Maison, à son esprit de créativité et pour partager tout à la fois l’esprit de discrétion, de mystère et d’élégance parisienne qui lui est propre.

La façade en bois laqué vert, teinte initiale de celle d’une des premières devantures du 34 boulevard Saint Germain, évoque une galerie de tableaux de la rive gauche. L’ovale emblématique de la Maison gravé dans la pierre au dessus de l’entrée, l’enseigne aux lettres de laiton, l’encensoir peint à la feuille d’or sur la porte, tous les signes extérieurs et les codes de la marque sont là.

Mais sitôt le pied posé à l’intérieur, on ne sait plus bien si l’on est demain, aujourd’hui ou hier. Une sorte de synesthésie de lieu et de temps…?On est invité manifestement à un parcours, à des découvertes différentes et simultanées, dans cette temporalité particulière qui est celle de diptyque.

Alors que dehors, la rue déroule ses cortèges de passants et de voitures, on est frappé par la sensation de quiétude qui règne ici. Un écrin en longueur qui pourrait avoir toujours existé, mais pas tout à fait.

Une mosaïque, toute d’écailles blondes comme celles qui courent sous les arcades de la rue de Rivoli, usées par le temps, apporte une note douce et graphique. Les murs rehaussés d’une mezzanine, sont patinés, le plafond mis à nu dévoile une subtile rosace, les étagères fixées aux crémaillères rappellent les rangements d’un atelier d’artiste. La collection 34 et l’Art du Soin sur sa console rectiligne de marbre renvoient les produits dans une réalité contemporaine.

C’est toute la virtuosité de diptyque comme celle d’allier les fragrances à la couleur, grâce aux pliages de papier de soie en polychromie. Le faire plaisir d’une Maison qui s’exprime en jolis coffrets aussi, avec sa palette large de petits gestes parfumés à offrir.

CHEZ LE PARFUMEUR ET L’ARTISTE, une expérience visuelle et olfactive

Comme depuis toujours chez diptyque, mais pour la première fois dans l’architecture des boutiques, l’art et le parfum s’associent et initient une nouvelle expérience, ils s’unissent dans un décor unique.

Inspirée par l’un des dessins de Desmond Knox-Leet, co-fondateur de la Maison, Alix Waline a réalisé in situ une œuvre graphique, poétique et pérenne.?Avec une frugalité de moyens, deux feutres et beaucoup de persévérance, elle a composé un paysage abstrait, profond, aux formes sensuelles en noirs et blancs nuancés. Les pointillés vont piano, jusqu’au blanc en haut, du plein au vide. Une œuvre qui investit tout le côté droit et le transforme en mur vivant et cérébral où l’œil se perd, au gré des courbes. Les fragrances y trouvent une résonnance poétique. Un voyage, un temps offert pour la réminiscence, les souvenirs, réels ou imaginaires. Les sens se connectent dans un parcours inhabituel.

C’est de fait à une expérience disruptive, entre visuel et olfactif, que nous convie la marque avec son rituel de découvertes des eaux de parfums et eaux de toilette. Rappelant la palette du peintre, une boîte composée de plusieurs étages présente, par collections olfactives, l’ensemble des fragrances. Chaque flacon se reflète dans les miroirs pour mieux révéler les voyages écrits au trait noir dans les ovales au verso. Devant chacun des parfums, un petit godet délicatement marbré renferme, non pas une couleur, mais la pure expression de sa fragrance. À peine s’en est-on emparé qu’il s’ouvre comme par magie, et que le parfum, encapsulé dans la matière même de l’objet, s’exhale dans toute sa complexité…

 

LA BOUGIE, c’est Paris qui s’exprime
Diptyque déclare sa flamme à Paris et la met à l’honneur avec sa nouvelle bougie.
Il la fallait à l’image de la Maison, bohême, décalée, pour composer sa touche personnelle et parisienne. Construite autour d’un accord chypré, où bergamote, mousse, patchouli, twistés par une facette aromatique avec la lavande, distillent des notes intrigantes, fusantes et douces, elle raconte un chic parfaitement parisien. Une bougie qui parle de liberté et de flânerie citadine…

En contraste, quelque chose de construit et de structuré se dessine sur l’étui avec une interprétation graphique des toits de Paris. Dans un camaïeu de bleus ardoise, de bleus verdis et de gris orageux, le soleil se reflète en sertis cuivrés sur le zinc, comme la lumière du jour qui s’éteint sur la ville. Une géométrie presque abstraite, artistique et urbaine, reproduite en monochrome sur le verre de la bougie.

Boutique diptyque Saint-Honoré 332, rue Saint-Honoré Paris 1er?lundi – samedi / 10h30 – 19h30 +33 1 42 33 19 79